RSOC Vol. 16 No. 22 2019 pp 25-29. Publié en ligne 03 février 2020.

Qu’est-ce que les soins oculaires complets en milieu scolaire ?

Hasan Minto

Directeur des Programmes, Our Children’s Vision, Brien Holden Vision Institute, Sydney, Australie.


May Ho

Responsable du Programme d’éducation, Brien Holden Vision Institute, Sydney, Australie.


Une bonne vision est essentielle à l’apprentissage scolaire. INDE © Bharath Balasubramaniam /IAPB Stronger Together
Related content

L’éducation peut changer la vie et alimenter la transformation sociale. Il existe un lien étroit entre la santé des enfants, y compris leur santé visuelle, et la qualité de leur apprentissage et de leurs résultats scolaires. Cela, à son tour, influe sur la qualité de vie et la productivité économique des enfants à l’avenir. Les programmes de santé oculaire en milieu scolaire offrent une occasion unique de fournir des services complets de santé oculaire aux enfants scolarisés.

Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), 43 % des déficiences visuelles sont dues à des erreurs de réfraction non corrigées. Cela représente 122,5 millions de personnes, dont 12 millions d’enfants1.

Une étude récente a montré que les programmes de dépistage et prise en charge des erreurs de réfraction non corrigées (ERNC) chez les enfants scolarisés ont un très bon rapport coût/efficacité2.

Les programmes complets de santé oculaire en milieu scolaire ne se limitent pas à la prise en charge des ERNC ; ils peuvent également avoir un impact positif sur des maladies endémiques locales telles que la carence en vitamine A ou le trachome. Les programmes de santé oculaire en milieu scolaire devraient également inclure l’identification et l’orientation des enfants présentant d’autres affections oculaires telles qu’un strabisme ou une opacité du cristallin. La promotion de la santé et l’éducation sanitaire en milieu scolaire peuvent limiter la propagation de maladies épidémiques telles que la conjonctivite virale et réduire le risque de traumatismes oculaires. Le dépistage et la prise en charge de toutes les erreurs de réfraction, y compris la presbytie, peut également améliorer la santé oculaire du personnel enseignant. La Figure 1 illustre les différentes étapes de l’élaboration d’un programme complet de santé oculaire en milieu scolaire.

Les droits de l’enfant, l’OMS et les objectifs de développement durable de l’ONU

La Convention de l’Organisation des Nations unies (ONU) relative aux droits de l’enfant (CDE) reconnaît que les enfants ont leurs propres droits : le droit à la santé, qui comprend le traitement des maladies et la réadaptation, le droit à l’éducation, et le droit à un niveau de vie suffisant. Une mauvaise santé oculaire affecte la réalisation de ces droits. La CDE exige des communautés, de la société civile et des gouvernements qu’ils oeuvrent ensemble pour garantir l’accès de tous les enfants à la santé oculaire.

L’OMS préconise des activités de prévention, de traitement et de réadaptation pour promouvoir la santé oculaire des enfants. Ces activités sont également inscrites dans plusieurs des objectifs de développement durable de l’ONU :

  • Objectif 1 : Éradication de la pauvreté
  • Objectif 3 : Accès à la santé
  • Objectif 4 : Accès à une éducation de qualité
  • Objectif 5 : Égalité entre les sexes
  • Objectif 8 : Croissance économique à travers la création d’emplois décents.

Défis auxquels sont confrontées les initiatives actuelles en matière de santé oculaire en milieu scolaire

De nombreuses initiatives en matière de santé oculaire en milieu scolaire ont une portée trop limitée, n’impliquent pas les ministères de la Santé ou de l’Éducation, et ne sont pas intégrées à d’autres initiatives de santé en milieu scolaire. Souvent, elles n’intègrent pas le dépistage à intervalles réguliers qui permettrait d’identifier les nouveaux cas de troubles visuels, et les enfants atteints de myopie qui ont été identifiés ne font pas l’objet d’un suivi, bien que la myopie puisse évoluer avec l’âge. Ces facteurs peuvent entraîner une mauvaise coordination et un faible niveau d’appropriation. Ils peuvent aussi affecter la durabilité des programmes.

Les enfants se concentrent plus facilement en classe lorsqu’ils voient bien. PAKISTAN © Jamshyd Masood / Brien Holden Vision Institute

Par ailleurs, il n’y a pas d’approche standard pour le dépistage, l’orientation, la prescription, la délivrance de lunettes et le suivi. La plupart des programmes n’abordent pas non plus les besoins des enseignants en matière de santé oculaire. Bon nombre de ces questions sont traitées dans les « Lignes directrices standard pour les programmes complets en matière de santé oculaire en milieu scolaire »3 de l’Agence Internationale pour la Prévention de la Cécité (IAPB).

Figure 1 Étapes de l’élaboration d’un programme complet de santé oculaire en milieu scolaire

Le suivi et l’évaluation des initiatives de santé oculaire en milieu scolaire sont insuffisants, et cela constitue un autre problème. Il peut en résulter des inefficacités et une mauvaise évaluation des résultats et de l’impact de ces initiatives. Il est bien établi qu’un grand nombre des enfants qui reçoivent des lunettes ne les portent pas pour diverses raisons, dont plusieurs pourraient être atténuées ou éliminées par l’éducation des parents, des enseignants, des enfants concernés et de leurs pairs. On peut améliorer le port des lunettes en n’en donnant qu’aux enfants qui en ont vraiment besoin (voir article à la page 36) et en s’assurant de fournir des lunettes confortables et acceptables sur le plan esthétique, et ce gratuitement ou à un coût minimal. Certains de ces sujets sont abordés dans ce numéro.

Composantes d’un programme complet de santé oculaire en milieu scolaire

Un programme de santé oculaire en milieu scolaire devrait de préférence être intégré dans un programme de santé scolaire plus large et inclure les composantes ci-dessous :

Dépistage, orientation et traitement

  • Correction des erreurs de réfraction et fourniture de lunettes abordables, durables, confortables et esthétiquement acceptables.
  • Identification et orientation des enfants présentant d’autres causes de déficience visuelle.
  • Identification, orientation et traitement des affections oculaires courantes chez l’enfant, notamment la conjonctivite.
  • Identification et orientation des enseignants présentant une déficience visuelle.
  • Fourniture de lunettes de lecture aux enseignants atteints de presbytie, le cas échéant.

Promotion de la santé et éducation sanitaire

  • Éducation à la santé pour prévenir les maladies endémiques locales chez les enfants : par exemple, importance du nettoyage du visage pour prévenir le trachome, et d’une bonne nutrition pour prévenir la carence en vitamine A.
  • Promouvoir un environnement scolaire propre, sûr et sain : production d’aliments riches en vitamine A dans des jardins scolaires, collecte d’eau pour le nettoyage du visage, interdiction des objets pointus dans les jeux, etc.
  • Encourager les enfants à partager les messages sur la santé oculaire à la maison. Ils peuvent jouer un rôle dans l’identification des personnes qui ont besoin de services oculaires au sein de leur communauté. Pour plus d’information, se rendre sur le site www.childtochild.org.uk (en anglais).

Dans les programmes de santé oculaire en milieu scolaire, la composante « Éducation sanitaire » devrait être confiée à des professionnels de l’ophtalmologie qualifiés, tels que des infirmières ou des praticiens cliniques, et les messages doivent être à la portée des enfants. Le but de l’éducation à la santé est de renforcer les connaissances des enfants sur l’oeil, son fonctionnement et ses problèmes éventuels (en employant un langage simple), et de leur montrer Cela devrait, de préférence, faire partie intégrante du programme scolaire.

Ces élèves ont reçu leurs lunettes dans le cadre d’un programme de santé oculaire en milieu scolaire. PAKISTAN © Jamshyd Masood / Brien Holden Vision Institute

Prestation de services

Il est souhaitable que le ministère de la Santé soutienne financièrement les programmes, notamment à travers la fourniture de lunettes. Si cela n’est pas possible, il faudra veiller à ce que le coût moyen de l’examen de la réfraction et des lunettes reste abordable pour les parents.

Le manque de professionnels de l’ophtalmologie qualifiés est un défi majeur dans de nombreux pays à faible revenu. La clé du succès d’un programme de santé oculaire réside dans l’implication de personnels bien formés et dévoués, dont les rôles et responsabilités sont clairement définis. Il existe différentes approches pour mettre en oeuvre un programme de santé oculaire en milieu scolaire ; l’approche adoptée dépendra en grande partie du personnel disponible (voir Figure 2).

Figure 2 Approches possibles pour la mise en oeuvre du dépistage visuel et de la prestation de services dans le cadre d’un programme de santé oculaire en milieu scolaire

Idéalement, l’examen de la réfraction, ainsi que la prescription et la distribution de lunettes, devraient se faire dans les écoles afin d’être plus accessibles pour les enfants. Si cela n’est pas possible, la meilleure solution consiste à effectuer l’examen de la réfraction et la prescription de lunettes à l’école et à organiser la distribution de lunettes à l’extérieur : chaque enfant choisit dans son école la monture qu’il préfère et le service optique local prépare les lunettes, qui sont ensuite rapportées à l’école.

Couverture du rapport « Lignes directrices sur la santé oculaire en milieu scolaire pour les pays à faible revenu ou à revenu intermédiaire »3

Il faut éviter de fournir des lunettes de faible puissance, car elles sont inutiles et ne seront pas portées. Cela constitue un gaspillage de ressources et le programme est susceptible d’être exploité par le biais de prescriptions sans scrupules. L’article en page 36 recommande de prescrire des lunettes en fonction de l’amélioration potentielle de la vision plutôt qu’en fonction de la présence éventuelle d’une erreur de réfraction.

Étant donné que l’arête nasale des jeunes enfants n’est pas bien développée, les montures des lunettes pour enfants doivent être choisies et ajustées avec soin. Elles doivent être esthétiquement attrayantes, confortables et suffisamment robustes pour résister à une usure normale. Les lentilles doivent pouvoir résister aux chocs. Celles en verre sont à éviter. Les lentilles en plastique sont légères, mais elles peuvent se rayer et doivent être remplacées en cas de rayures importantes.

Suivi

Le succès d’un programme dépend du suivi. Il faut donc y allouer des ressources et mettre en place des systèmes pour assurer le suivi de tous les enfants qui échouent au dépistage visuel ou qui présentent une affection oculaire. Un suivi peut s’avérer nécessaire après orientation pour un examen de la réfraction, pour la fourniture de lunettes ou pour un examen ophtalmologique à l’hôpital ou au centre ophtalmologique local. Une bonne tenue des dossiers, efficace et précise, est essentielle, tant pour ceux qui s’occupent de l’examen préliminaire et de l’orientation que pour ceux qui reçoivent les personnes référées.

Nouvelles lignes directrices

Un document intitulé « Lignes directrices standard pour les programmes complets en matière de santé oculaire en milieu scolaire » vient d’être publié. Il fournit des informations détaillées sur la planification, la mise en oeuvre et le suivi des programmes de santé oculaire en milieu scolaire. Ces lignes directrices devraient aider à standardiser les programmes de santé oculaire en milieu scolaire à travers le monde.

Références

1 OMS. Principaux repères. Cécité et déficience visuelle. https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/blindness-and-visual-impairment

2 Frick KD et al. Screening for refractive error and fitting with spectacles in rural and urban India: cost-effectiveness. Ophthalmic Epidemiol 2009; 16(6): 378¬–87.

3 Groupe de travail de l’IAPB en matière de santé oculaire en milieu scolaire. Lignes directrices sur la santé oculaire en milieu scolaire pour les pays à faible revenu ou à revenu intermédiaire. IAPB, 2018. Le PDF peut être téléchargé à l’adresse suivante : https://www.iapb.org/wp-content/uploads/Guidelines-School-Eye-Health-Programmes-French-Final.pdf

Ressources

Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant : www.ohchr.org/FR/ProfessionalInterest/Pages/CRC.aspx

Cours gratuit en ligne (en anglais) basé sur les Lignes directrices standard pour les programmes complets en matière de santé oculaire en milieu scolaire : https://academy.brienholdenvision.org/courses/school-eye-health